Site officiel de la commune de Lièpvre (Haut-Rhin - Alsace - France)
Site Officiel de la commune de Lipvre
» Accueil  » Pratique   » Prévention des risques   » Risques Sismiques



Le séisme est le risque naturel majeur le plus meurtrier et qui cause le plus de dégâts. Il se traduit en surface par des vibrations du sol. Les séismes sont principalement caractérisés par deux grandeurs : la magnitude et l’intensité.    

La magnitude mesure, à partir des enregistrements des ondes sismiques, l’énergie libérée par une source sismique. Elle est repérée sur une échelle dite de « Richter ».

L’intensité est définie en un lieu par rapport aux effets produits par le séisme, qu’ils soient seulement observés ou ressentis par l’homme (réveil, chute d’objets, fissures…) ou qu’ils aient causé des dégâts plus ou moins importants aux constructions.

En Alsace, le séisme de référence est celui de Bâle (1356) qui a affecté le Sundgau. Plus récemment, le 22 février 2003 avec un épicentre à Rambervillers dans les Vosges (magnitude de 5,4) et le 23 février 2004 à l’est de Besançon (magnitude de 5,1) des séismes sensibles furent ressentis chez nous.




Fixé par décret n° 91-461 du 14 mai 1991 il comprend 4 zones : 0, 1 a, 1 b et II. Le Haut-Rhin est classé en zones :

  • 1a (sismicité très faible mais non négligeable)
  • 1b (sismicité faible)
  • II (sismicité moyenne)

Lièpvre se situe en zone 1 a et figure à ce titre dans le Dossier Départemental des Risques Majeurs dans le Haut-Rhin.




Responsabilité du maire

Dans les documents d’urbanisme (PLU) le zonage sismique et les règles de construction parasismique doivent être mentionnés. Cette contrainte est en général rappelée dans le permis de construire signé par le maire.

Responsabilité du maître d’ouvrage

Le maître d’ouvrage s’engage lors du dépôt du permis de construire à respecter les règles de construction sous peine d’encourir les sanctions pénales applicables en cas de violation de ces règles (Code de la construction et de l’habitation – art L 152-I à 152-II).
Dans le département, tous les bâtiments neufs sont soumis à des règles. A partir d’un décret du 14 mai 1991, plusieurs textes sont actuellement applicables dont :
Un arrêté du 29 mai 1997 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la catégorie dite « à risque normal », qui définit les classes de bâtiment et les niveaux de protection selon la zone de sismicité.
Un arrêté du 10 mai 1993 qui fixe les règles parasismiques applicables aux Installations Classées.

 

En situation normale, il est utile de repérer les points de coupure du gaz, de l’eau et de l’électricité dans son habitation, de fixer les appareils et les meubles lourds, de s’équiper d’une radio portable, d’une lampe de poche, d’une trousse de secours.

  • A l’intérieur : se mettre à l’angle d’un mur, d’une colonne porteuse ou sous des meubles solides, s’éloigner des fenêtres.
  • A l’extérieur : s’éloigner de ce qui peut s’effondrer (bâtiments, ponts, fils électriques) à défaut s’abriter sous un porche.
  • En voiture : s’arrêter si possible à distance des constructions et des fils électriques et ne pas descendre avant la fin de la secousse.
  • Après la 1ère secousse, se méfier des répliques :
  • Ne pas prendre les ascenseurs pour quitter un immeuble.
  •   Vérifier l’eau, le gaz, l’électricité : en cas de fuite, ouvrir les fenêtres et les portes, quitter le bâtiment et prévenir les autorités.
  • Prendre contact avec vos voisins qui peuvent avoir besoin d’aide.- Respecter les consignes données par les autorités.
  • Ecouter la radio (France Bleu Alsace, Radio Dreyeckland).
  • Ne pas téléphoner : laissez les lignes libres pour les secours.
  • Ne pas fumer (risques d’explosion).

 

  • Préfecture – Service interministériel de Défense et de Protection Civile (SIDPC)
  • Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales (DDASS)
  • Direction Départementale des Services d’Incendie et de Secours (DDSIS)
  • Centre Scientifique et Technique du Bâtiment, Centre d’Etudes Techniques de l’Equipement de l’Est, Bureau de Recherches Géologiques et Minières, Institut de Physique du Globe de Strasbourg.